Il n’y a pas de parents parfaits

Il n’y a pas de parents parfaits

Dans mon article « Je suis coupable », j’ai exprimé mes sentiments de culpabilité de Maman. Aujourd’hui je voulais revenir sur ce sujet et l’approfondir tout en le développant.

Pour cela, je vais me référer au site https://fabuleusesaufoyer.com/ qui m’inspire beaucoup actuellement. C’est un site d’articles de blog destinés au parents. N’hésitez pas à aller y jeter un coup d’œil. Je suis sure que ces articles peuvent vous intéresser et vous aider sur différents sujets liés à la parentalité. De plus, vous pouvez vous abonner gratuitement au Mail du matin ici https://fabuleusesaufoyer.com/le-mail-du-matin/ afin de recevoir chaque jour, un mail réconfortant. Les femmes qui écrivent ces articles ont également publié deux MOOK (magasine très complet avec beaucoup d’articles très intéressants et de qualité). Je me suis procurée le dernier et franchement il est vraiment génial et déculpabilisant. Le voici en photo:

https://fabuleusesaufoyer.com/?s=MOOK
https://fabuleusesaufoyer.com/?s=MOOK

« Quand l’idéal de la femme parfaite se situe quelque part entre le cliché de la Working Mom sans cœur et celui de la mère au foyer dépitée, pas étonnant que les mamans soient à bout de nerfs! »
Hélène Bonhomme: Mook de « Fabuleuse au foyer et partout ailleurs, être heureuse la nouvelle injonction »
https://fabuleusesaufoyer.com/

Pourquoi nous sentons nous coupable, nous parents ? La culpabilité peut être parfois fondée mais le plus souvent celle ci s’installe en nous sans raison apparente et nous ronge de l’intérieur.

Je suis actuellement en plein travail sur moi même afin de m’accepter en temps qu’être humain à part entière avec ses qualités et ses défauts, le but étant notamment d’apprendre à m’accepter telle que je suis avec mes faiblesses. Je n’ai jamais eu une grande confiance en moi et ce travail sur moi même est long mais nécessaire.

Mon nouveau rôle de maman m’a permis de prendre conscience de beaucoup de choses sur moi même. Etre maman n’est pas tous les jours facile et je pense qu’on galère un peu toute au moins une fois sans oser l’avouer le plus souvent. Et la question est pourquoi? Pourquoi n’osons nous pas avouer que c’est difficile et que parfois nous nous sentons perdu ? Pour ne pas se sentir vulnérable et avouer nos faiblesses ?

De nos jours, le culte de la perfection nous impose beaucoup de restrictions et nous assomme de culpabilité. Il faut à la fois exceller professionnellement tout en accordant suffisamment de temps et d’attention à nos enfants. Pratiquer l’éducation positive, cuisiner de bons petits plats si possible bio, faire des activités ludiques et / ou créatives avec son enfant, tout en ayant une vie sociale riche, une vie de couple épanouie et une maison propre et parfaitement rangée….bla bla bla.
Une véritable injonction à la perfection, comment ne pas se sentir coupable alors quand on ne fait pas exactement tout cela, comment ne pas se sentir coupable quand on ne se sent pas heureux (se) malgré tout ?
Car il n’y a pas que l‘injonction de la perfection mais également l’injonction au bonheur. Les mamans et parents en général n’ont plus le droit de se plaindre. On m’a déjà dit » Tu l’as voulu, maintenant il faut assumer ». Alors oui, nous avons voulu nos enfants et nous les avons eu, et nous en sommes très contents. Malgré cela, nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours où tout est merveilleux tout le temps. Il y a bien des moments très relou dans la parentalité, il faut bien se l’avouer. Et j’ose dire que parfois j’en ai marre, parfois je suis fatiguée et parfois j’aimerais être ailleurs toute seule enfin au calme. Et ce n’est pas parce que parfois j’en ai assez que je n’aime pas mes enfants par dessus tout.

Dans cette dictature du perfectionnisme, beaucoup refoulent leur fatigue et leur frustration jusqu’à aller au Burn Out Parental. Et c’est bien là le danger ! On ne peut pas être parfait dans tous les domaines en même temps. Il faut apprendre à lâcher prise et à s’accorder un peu de temps rien que pour soi. S’accorder à être un peu égoïste parfois. Mais tout cela ne doit pas non plus être une nouvelle obligation à rajouter à sa TO DO liste. Car là aussi on peut également se sentir coupable de ne pas arriver à prendre du temps pour soi. On fait comme on peut et on avise selon les situations. J’ai moi même encore du mal parfois à prendre du temps pour moi, mais il suffit parfois de quelques petits instants, des petits moments qui peuvent vous aider à surmonter une journée difficile. Je pense également à plusieurs de mes amies qui vivent cela aussi et je voudrais qu’elles sachent qu’elles ne sont pas seules.
Moi même je me sens parfois tellement seule que cela me déprime et pourrie ma journée. J’essaye alors de me tourner vers mon entourage quand c’est possible, en envoyant un message ou en passant un coup de fil. Se tourner vers les autres pour avoir un peu d’aide ou de réconfort ce n’est pas un signe de faiblesse mais de force.

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura permis de déculpabiliser,

Sur ces mots, je vous dit : à très vite et passez de bonnes fêtes de fin d’année,

Prenez soin de vous,

Maria

Publié par riri2407

Maman de deux petits loulous d'âge rapprochés: Logan et Maëlle. Logan né très grand prématuré en Juillet 2018 et Maëlle né à terme en Octobre 2019.

2 commentaires sur « Il n’y a pas de parents parfaits »

Répondre à riri2407 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :