La césarienne

La césarienne

« En France, environ un enfant sur cinq nait par césarienne »

CF:

https://www.vidal.fr/sante/grossesse/accouchement/cesarienne.html

Bonjour à tous, aujourd’hui je voulais aborder avec vous le sujet de la césarienne. Vous expliquer en quoi elle consiste et surtout vous partager mes 2 expériences totalement différentes. Pour commencer il faut d’abord répondre à ces 2 questions: qu’est ce que la césarienne, pourquoi et quand est elle pratiquée ?

« La césarienne est une intervention chirurgicale qui permet de faire accoucher une femme en pratiquant une incision dans l’abdomen et l’utérus. »
« De manière générale, les médecins optent pour la césarienne lorsque les conditions, chez la mère ou chez l’enfant, ne sont pas favorables à un accouchement par les voies naturelles. La césarienne peut être programmée ou pratiquée en urgence. Les indications ne sont pas les mêmes selon ces deux situations. »

CF: https://www.passeportsante.net/fr/Maux/examens-medicaux-operations/Fiche.aspx?doc=examen-cesarienne

1) La césarienne d’urgence:

La césarienne peut être pratiquée en urgence pendant la grossesse ou lorsque l’accouchement ne se déroule pas comme prévu; et que le travail par voie basse devient impossible ou trop risqué pour la mère et/ou l’enfant. Voici les différentes causes de la césarienne d’urgence :

  • anomalies du rythme cardiaque de l’enfant (souffrance fœtale)
  • arrêt de la dilatation du col malgré les médicaments
  • hypoxie (= manque d’oxygène) de la mère ou de l’enfant
  • échec d’une extraction par forceps
  • hémorragies maternelles (décollement du placenta, suspicion de rupture utérine, etc.)
  • risque de lésions graves du plancher pelvien avec atteinte des sphincters de l’urètre et de l’anus, etc.
  • crise de prééclampsie, une maladie qui peut survenir pendant la grossesse et entrainer, entre autres, une hypertension grave.

Durant ma première grossesse, j’ai eu de nombreuses complications, dont un décollement du placenta, un gros Retard de Croissance Intra Utérin de mon bébé et on m’a ensuite diagnostiqué une prééclampsie à 6 mois de grossesse (26 SA). Hospitalisée, on installe un monitoring pour surveiller le rythme cardiaque de Logan. Celui ci étant en baisse et instable, il est finalement décidé une césarienne d’urgence. Je n’entre pas plus dans les détails afin de ne pas me répéter mais pour celles ou ceux qui souhaiteraient de plus en amples détails, je vous invite à parcourir mes précédents articles notamment celui de ma présentation (1er article) et celui sur la Prématurité.
Ce que je peux vous dire c’est que je n’étais pas du tout préparée à tout cela, vu le stade de ma grossesse, même si j’avais peur que cela se produise, je ne pensais pas que cela irait aussi vite. J’avais alors encore le mince espoir de terminer cette grossesse. De plus, cela s’est enchainé tellement vite que je me suis retrouvée au bloc avant d’avoir totalement intégré et digéré cette nouvelle. Le plus dur est que j’étais toute seule, l’urgence étant, mon mari n’a pas pu m’accompagner.
L’équipe médicale m’a alors préparé, on me pose une rachianesthésie (La rachianesthésie est une anesthésie de la partie inférieure du corps, appliquée au niveau du rachis, le rachis étant tout simplement une autre appellation de la colonne vertébrale. Comme la péridurale, c’est une anesthésie locorégionale du bas de l’abdomen et des jambes. Elle consiste en l’injection d’un produit anesthésique au niveau des vertèbres lombaires dans la partie basse du dos. CF: https://grossesse.ooreka.fr/astuce/voir/515107/rachianesthesie)
Puis, on prépare la zone en me badigeonnant d’un produit marron/orangé et on m’installe la sonde urinaire.
Je suis alors attachée, les bras en croix attachés, les jambes attachées comme un supplicié.
Je fais cette comparaison non pas pour critiquer la façon de procéder mais pour expliquer au mieux mon ressenti à ce moment précis. J’ai vraiment l’impression à cet instant de subir les événements et d’être complètement impuissante. Je culpabilise aussi beaucoup, et un sentiment d’échec me submerge: je n’ai pas pu garder mon bébé en moi, je n’ai pas su le protéger. N’est ce pas le rôle d’une maman? Je me pose beaucoup de questions et je suis très inquiète, va t-il survivre ? Comment sera t-il ?
J’ai l’impression que l’on essaye de me vider complètement, je sens qu’on tire très fort pour extraire mon enfant du ventre.
Finalement, j’entend juste: « Naissance à 23h40 » et rien d’autre, pas de cris de bébé, je ne l’entend pas et je ne le vois pas. On l’a déjà emmené en urgence. Je ne pourrai le voir que le lendemain vers 17h. Une attente interminable…
La suite a été si longue, une éternité il me semble. Les médecins sont en train de faire un cours aux internes avec mon placenta:  » Voici l’hématome du placenta…. bla bla bla » j’essaye de ne pas écouter, je suis devenue un CAS. Ce maudit placenta, ce maudit corps, j’aimerais ne plus jamais en entendre parler! Puis on me recoud.
Avant d’aller en salle de réveil, je croise mon mari qui me montre une photo de notre petit bout, si petit et si fragile: 510 grammes.
L’attente en salle de réveil a duré jusqu’au lendemain vers 6h du matin car il manquait de brancardier pour me remonter dans ma chambre. J’étais si fatiguée.
Cette césarienne n’était pas une césarienne « classique » car mon bébé étant très petit, on a du inciser de haut en bas l’utérus et donc dans le muscle, ce qui l’a fragilisé. En outre, les douleurs étaient importantes après l’opération, j’ai eu beaucoup de mal à me remettre debout et à marcher. J’allais voir mon enfant en néonatologie en fauteuil roulant.
Heureusement, pour ma 2eme grossesse qui est arrivée très vite, tout a été totalement différent et je l’ai vécu vraiment différemment car elle était programmée.

2) La césarienne programmée:

C’est une césarienne qui est programmée à l’avance c’est à dire avant le déclenchement naturel du travail, Il existe plusieurs raisons:

  • présentation anormale de l’enfant (présentation transverse ou par le siège)
  • localisation anormale du placenta  (placenta prævia)
  • grossesse multiple
  • enfant de poids très élevé (macrosome soit plus de 4,5 kg)
  • problèmes pendant la grossesse (prééclampsie maternelle, retard de croissance de l’enfant)
  • antécédent de césarienne pour une précédente grossesse (bien qu’un accouchement par voie basse soit possible dans la plupart des cas)
  • infection de la mère par certains virus comme le VIH (la césarienne permet de ne pas contaminer le bébé)
  • certains antécédents obstétricaux (rupture utérine, dystocie des épaules compliquée, cicatrices utérines compliquées, etc.)
  • décision de la mère pour des raisons de convenance (certains médecins l’acceptent, bien que la Haute autorité de santé en France considère que la demande de la mère n’est pas une indication)

Je suis tombée enceinte de ma fille tout juste 6 mois après la naissance de notre fils ainé. Autant vous dire que c’était une grande surprise, ayant beaucoup de problèmes hormonaux du à mon Syndrome des Ovaires Polykystiques, on ne s’y attendait pas. Pas si tôt en tout cas.
J’étais très inquiète, je me demandais comment aller se passer cette nouvelle grossesse, si elle allait être aussi compliquée que la première. si ma fille allait naitre prématurée elle aussi, si elle aurait ce Retard de Croissance Inta Utérin comme son frère.
Heureusement, j’ai été très bien entouré et tout de suite prise en charge médicalement. J’avais un traitement: 1 sachet d’Aspegic nourrisson plus une injection d’anti coagulant chaque jours. Je devais faire une échographie tous les mois afin de vérifier si le bébé grossissait et grandissait bien. Et si il n’y avait pas d’anomalie au niveau de mes artères utérines comme précédemment.
Tout se passait merveilleusement bien, notre petite puce se développait bien, j’avais du mal à y croire et à chaque échographie je m’attendais à ce que l’on m’annonce une mauvaise nouvelle. Mais elle n’arriva pas et heureusement!
Je savais que cela finirait par une césarienne programmée étant donné que je ne pouvais plus du tout accoucher par voie basse à cause de mon utérus cicatriciel. Je risquais la rupture utérine (La rupture utérine est une déchirure spontanée de l’utérus qui peut provoquer une expulsion du fœtus dans la cavité péritonéale. La rupture utérine survient le plus souvent le long des lignes de cicatrice guérie chez la femme qui a des antécédents de césarienne. CF: Rupture utérine – Gynécologie et obstétrique – Édition professionnelle du Manuel MSD (msdmanuals.com) ).
La césarienne a donc été programmée 2 semaines avant le terme prévu, soit à 38 Semaines d’Aménorrhée (début du 9eme mois de grossesse), afin que notre fille ne soit pas prématurée elle aussi.
Je suis rentrée en hospitalisation la veille de l’opération. Le lendemain , j’étais surexcitée et pressée de rencontrer notre petite Maëlle, je n’avais pas peur. Et puis je savais que mon mari allait être là cette fois. J’avais aussi toute confiance en mon gynécologue, que je remercie encore d’ailleurs pour son excellent travail, et son humanité.
La césarienne s’est très bien passée, je n’avais pas le sentiment de subir cette fois ci mais plutôt de vivre un très beau moment avec mon époux. Un vrai accouchement malgré la chirurgie, cela ne me gênait pas après tout ce que l’on avait traversé.
Notre fille est arrivée à 11H01, nous l’avons tout de suite entendu crier et on nous l’a présenté tout de suite. Un beau bébé en pleine santé et bien portante. L’équipe pariait pour 4Kg, elle faisait 3Kg700. Un très bon poids , il est presque sur que 2 semaines après elle les aurai atteint ces 4Kg.
Avant de passer en salle de réveil, on me l’a à nouveau présenté toute propre et toute belle. Je remarquais alors qu’elle me ressemblait beaucoup. J’étais heureuse. Nous étions heureux.

Voilà mes 2 expériences de césarienne totalement différentes. J’aurai un conseil à donner aux futurs parents c’est de ne pas trop stresser et culpabiliser au cas où la grossesse ou l’accouchement ne se déroulerait pas comme ils l’avaient souhaité. Je comprends très bien ces sentiments pour les avoir ressenti. Mais sachez que vos bébés sont forts et qu’ils vous aiment. Notre fils s’est battu pendant des mois afin de survivre et de nous rejoindre à la maison. Son hospitalisation a peut être duré 4 mois et demi et c’était difficile c’est vrai, mais lorsqu’il est sorti le 14 Décembre 2018, 11 jours avant Noël c’était le plus beau cadeau que l’on aurait pu espérer. Le cadeau de la Vie. Gardez espoir.

Sur ces mots qui j’espère auront su trouver un chemin vers votre coeur, je vous dit:

À très vite,

Maria

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :